•  Oui ! Ce fut véritablement une belle journée, complète si l'on en juge le programme, et la fin qui faisait partir les derniers fidèles à 18 h 30 de l'église. Le matin même, il y avait beaucoup à craindre de la chaleur caniculaire; pour les enfants tout d'abord et les pèlerins venant à pied de Condé "Ils eurent les pieds mouillés dans les petits chemins", mais vite séchés ensuite...Les plus petits de l'école du Sacré-Cœur de Condé vinrent en car; pour les personnes plus âgées ensuite dont certaines n'osèrent pas se risquer cette année (nous espérons les revoir l'année prochaine, à noter le 19 juin). La messe fut présidée par le père Michel Roger qui fut éloigné pendant cette année liturgique de notre paroisse pour remplir son devoir sacerdotal en remplacement dans une autre. Nous le retrouverons pour la prochaine. Mais il tint à être présent à cette fête en nous accompagnant jusqu'à l'adoration du Saint Sacrement suivie des vêpres: un moment de grâce qui dans la chapelle du Sacré-Cœur, fut ressenti par tous les participants.  

     Comme on le voit sur cette photo de droite, des prêtres des paroisses voisines de Vire et Vassy avaient concélébré la messe solennelle. Elle avait été bien préparée par notre prêtre le père Florent Acotchou Comblan, particulièrement près des élèves de l'école du Sacré-Cœur avec le concours du directeur M. Magdelaine dont c'était la dernière participation après tant d'années de fidélité à cette fête, en raison de son départ pour une autre région.

     Autre temps fort, la projection au cours de l'après-midi, d'une vidéo sur le Pape François, qui faisait prendre la mesure des besoins vitaux de notre planète que ce soit pour de populations touchées par la misère et la guerre, ou vide de sens au sein de notre propre civilisation.

     Nous avions aussi pour la première fois, la participation du père François Aubry, natif de Condé, auteur d'un livret sur un résumé complet de l'histoire du Sacré-Cœur "Le sacré-Cœur et sa prédilection pour la France" paru en février dernier aux éditions Résiac qui a pu ainsi dédicacer celui-ci près des fidèles et dont nous recommandons vivement la lecture à toutes les personnes attachées à ce culte. 

     Autre nouveauté, la solution du pique-nique partagé en remplacement du buffet dont l'organisation était devenue trop lourde pour ceux qui s'en chargeaient; ce fut une réussite appréciée. La pérennité de cette journée de fête est assurée.

    ps à noter aussi que l'église avait été joliment fleurie par une équipe des membres de Club de l'Amitié

       

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Marie, notre Dame du Sacré-Cœur

    Lorsque le Père Jules Chevalier tient sa promesse à l'égard de Marie (la faire honorer d'une manière spéciale - 8 déc. 1854), il lui donne le nom de Notre Dame du Sacré-Cœur.

    Ce nom est tout un programme de vie et de sainteté. Il invite à contempler, dans un même regard, le Cœur du Christ et le Cœur de Marie, et à nommer dans un même élan, dans la prière, le Christ et Marie.

     Très tôt les pèlerins ont compris que ce nom était porteur d'une espérance nouvelle. A la suite d'une parole attribuée à St Ephrem, on a pu dire : "Notre Dame du Sacré-Cœur, espérance des désespérés."

      Aujourd'hui, dans la lumière du Concile Vatican II et de l'enseignement des Papes, notamment Paul VI et Jean-Paul II, nous comprenons que seul le Christ est notre Espérance. "Notre unique raison d'espérer" dira St Paul.

    L'intuition profonde du Père Chevalier est de nous faire comprendre que Notre Dame nous montre CELUI qui est le centre de sa vie. Elle nous désigne CELUI qui est son espérance absolue. En ce sens, elle est à même de nous accompagner lorsque le désespoir nous guette.

     A Saint Germain ce symbole est marqué, par la statue d'une Vierge à l'enfant, située sous le porche au-dessus de l'entrée, reposant sur un socle où est écrit "Notre Dame du Sacré-Cœur."

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  •                                      Prière de confiance au Cœur de Jésus

         

                         "Je confie au Cœur de Jésus ma personne et ma vie, mon cœur, mon intelligence, ma mémoire et ma volonté, mes joies et mes peines, mon passé et mon avenir, afin que tout ce que je ferai et souffrirai, soit pour l'amour et la gloire de Dieu. 

                         Seigneur Jésus, je choisis ton cœur pour ma demeure, afin qu'il soit ma force dans la lutte, mon soutien dans la faiblesse, ma lumière et mon guide dans les heures de ténèbres, le réparateur de mes fautes.

                       Cœur de Jésus, fournaise ardente de charité, brûle en moi tout ce qui te déplaît, tout ce qui te résiste: que jamais je ne t'oublie, que jamais je ne sois séparé (e) de toi et que je demeure toujours ton ami (e)."

                                                                                                                                  Amen !

      

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  •                         La dévotion au Cœur de Jésus

       "Je ne sache pas qu'il y ait un exercice de dévotion qui soit plus propre à élever en peu de temps une âme à la plus haute sainteté, et à lui faire goûter les véritables douceurs attachées au service de Dieu. Oui, je le dis avec assurance, si l'on savait combien cette dévotion plaît à Jésus-Christ, il n'y aurait pas un chrétien qui ne s'empressât à la pratiquer. Les personnes consacrées à Dieu y trouvent un moyen infaillible de conserver leur ferveur et de l'augmenter ou de la recouvrer si elles l'on malheureusement perdue. Les personnes du monde y trouvent un secours nécessaire à leur état: la paix de leur famille, le soulagement dans leurs travaux, et les bénédictions du Ciel dans toutes leurs entreprises. C'est dans ce Cœur adorable que nous trouvons tous un refuge pendant notre vie, et surtout à notre dernière heure. Ah! Qu'il est doux de mourir quand on a eu une constante dévotion au Cœur de Celui qui doit nous juger !"

                                                                                                      Sainte Marguerite-Marie

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Une présence eudiste

     Depuis la révolution, l'empreinte Eudiste a marqué la paroisse de St Germain du Crioult. Cela a commencé par un prêtre réfractaire, l'abbé Guillaume Boutry de Monville, eudiste qui consacra en 1824 l'église à la  Vierge Marie , en créant une archiconfrérie du Mont Carmel. La tombe de ce prêtre fut restaurée au cours de l'année sacerdotale, ainsi que les autres du carré des prêtres par les Amis du Sacré-Cœur.

      En 1909, eut lieu la béatification de Jean Eudes, et à cette occasion une carte postale (voir ci-dessus) fut éditée et l'abbé Pihan propagea celle-ci, la fit figurer dans ces bulletins, et nous en retrouvâmes un exemplaire dans les documents qui nous parvinrent. Comme il est mentionné sur ce document, le Bienheureux Jean Eudes (canonisé depuis et probablement futur docteur de l'Eglise) nous est proche par sa paroisse natale Ri dans l'Orne, mais aussi par sa congrégation qu'il voue aux Sacré-Cœurs de Jésus et Marie.

     En 2013, le père Florent Acotchou, devenait l'émissaire de notre sanctuaire près d'un groupe de séminaristes eudistes étrangers, venus sur les terres du saint normand, avec à leur tête le père Romain Drouaud (nous lui devons le portrait de Saint Jean Eudes en notre église, ci-dessous), afin de participer à la fête du Sacré-Cœur de la même année.

    En 2017, le père Benoît Sévenier eudiste recteur à l'époque de la basilique de Douvres la Délivrande, présidait la fête du Sacré-Cœur.

                                                           *****

      "Saint Jean Eudes avait un grand soutien moral dans la mystique Marie des Vallées qu'il connaissait intimement et qu'il dirigeait. Jésus lui montrait les peines des damnés et ses douleurs qu'Il avait connues sur la Croix. Elle était donc sa grande inspiratrice."

       Il écrivit un jour cette méditation: "Votre Cœur tout aimable, Ô mon Jésus est dans ce sacrement (l'Eucharistie tout embrasé d'amour pour nous. Mais qu'est-ce que nous vous rendons, mon Seigneur ? Rien que des ingratitudes et des offenses en mille manières...foulant aux pieds vos Saints Commandements. Mourons de honte de ce que nous avons si peu d'amour pour Jésus."

                                                                                              Père François Aubry

     Il est bon aussi de rappeler qu'il fonda les séminaires de Caen, Coutances, Lisieux, Rouen, Evreux, Rennes ainsi que l'ordre de Notre Dame de la Charité et des filles repenties.

     Saint Jean Eudes s'attacha à obtenir une fête du Cœur Admirable de Jésus. Il composa une messe qui fut célébrée dans plusieurs diocèses, et dans toutes ses Congrégations, on célébrait solennellement les fêtes du Cœur Admirable de Jésus et de Marie. Et ceci avant les apparitions de Paray le Monial. On peut dire dès lors qu'il fut un précurseur inspiré et un apôtre, du culte de ces deux Cœurs et de leur fête.

     

      

      


    Le Cœur Sacré de Jésus et le Cœur Immaculé et très Saint de Marie

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Apôtre des Cœurs mêlés de Jésus et Marie, nous aimons offrir dans notre blog les prières et les écrits de Saint Jean Eudes. Voici ses salutations à Saint Joseph en ce premier mai de la fête du patron des travailleurs, père nourricier de Jésus.

     " Je vous salue Joseph, image de Dieu le Père                                                                                                                          Je vous salue Joseph, père de Dieu le Fils                                                                                                                             Je vous salue, sanctuaire du Saint-Esprit                                                                                                                               Je vous salue Joseph, bien-aimé de la très Sainte Trinité                                                                                                     Je vous salue Joseph, très digne époux de la Vierge Mère                                                                                                   Je vous salue Joseph, père de tous les fidèles                                                                                                                       Je vous salue  Joseph, fidèle observateur du silence sacré                                                                                                   Je vous salue Joseph, amant de la sainte pauvreté                                                                                                               Je vous salue Joseph, modèle de douceur et de patience                                                                                                     Je vous salue Joseph, miroir d'humilité et d'obéissance

                                                                       Vous êtes béni entre tous les hommes                                                                                                                                  Et bénis soient vos yeux qui ont vu ce que vous avez vu                                                                                                       Et bénies soient vos oreilles qui ont entendu ce que vous avez entendu                                                                             Et bénies soient vos mains qui ont touché le Verbe fait chair                                                                                                Et bénis soient vos bras qui ont porté celui qui porte toutes choses                                                                                    Et béni soit votre cœur embrasé pour lui du plus ardent amour                                                                                     

                                              Et béni soit le Père éternel qui vous a choisi                                                                                                                          Et béni soit le Fils qui vous a aimé                                                                                                                                          Et béni soit le Saint-Esprit qui vous a sanctifié                                                                                                                      Et bénie soit Marie, votre épouse, qui vous a chéri comme un époux et comme un frère                                                   Et bénis soient à jamais tous ceux qui vous aiment et qui vous bénissent.

                                                                                                                 Amen         

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  •    "Jésus Christ a été tendre pour tous les hommes: c'est lui qui a dit d'eux cette parole "Tout ce que vous ferez au plus petit d'entre mes frères, c'est à moi-même que vous l'aurez fait." parole qui a mit au monde la fraternité chrétienne, et qui chaque jour encore enfante l'amour. Il a été tendre pour les pécheurs; il s'asseyait à leur table, et lorsque l'orgueil doctrinal lui en faisait le reproche, il répondait "Je ne suis pas venu pour ceux qui se portent bien, mais pour ceux qui sont souffrants". S'il aperçoit un publicain monté sur un arbre pour le voir, il lui dit "Zachée, hâte-toi de descendre, il faut qu'aujourd'hui je loge dans ta maison". Si une femme pécheresse s'approche et se hasarde jusqu'à verser des parfums sur sa tête, au grand scandale d'une nombreuse assemblée, il la rassure "Beaucoup de péchés, lui sont remis, parce qu'elle a beaucoup aimé". Si on lui présente une femme adultère, pour obtenir de lui une sentence qui le compromette par sa douceur même, il répond: "que celui d'entre vous qui est sans péché lui jette la première pierre". Il a été tendre pour ses amis, jusqu'à laver leurs pieds et permettre à un tout jeune homme de se reposer sur sa poitrine dans un des moments les plus solennels de sa vie. Même dans le supplice, il été tendre pour ses bourreaux, et, levant son âme pour eux vers le Père, il disait "Seigneur, pardonnez-leur, car ils ne savent pas ce qu'ils font".                                                                                      

                                                                                              Lacordaire

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • le père Pierre-Joseph Triest fut un prêtre belge du début du XIXe siècle. Il fonda quatre congrégations religieuses de frères et sœurs s'occupant comme lui même des pauvres, malades, personnes âgées et malades mentaux. Un de ses sermons (1802) est particulièrement à méditer dans cette période de troubles où se trouve l'Eglise.

     "Comme pasteur je dois vous donner le bon exemple en tout; je dois enseigner; je dois me mettre entièrement à votre service, oui, je dois me donner entièrement moi-même et me stimuler à la vertu, vous apprendre à connaître vos devoirs, me mettre à votre service pour vous aider dans toutes vos nécessités. Je dois, à l'exemple de Jésus-Christ, le Bon Pasteur, pratiquer moi-même la vertu avant de la prêcher. Il est désastreux pour moi de ne pouvoir stimuler à la vertu, mais il serait encore plus désastreux, si je scandalisais quelqu'un par une vie déréglée."  

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Pendant 4 millénaires qui séparent le Christ le Christ de la Création, la prophétie se répéta, ininterrompue.

        "Quand un seul homme aurait fait un livre des prédications de Jésus-Christ pour le temps et la manière et que Jésus-Christ serait venu conformément à ses prophéties, ce serait une force infinie. Mais il y a bien plus ici (en parlant de la Bible). C'est une suite d'hommes durant quatre mille ans qui constamment et sans variations viennent l'un ensuite de l'autre prédire ce même avènement. C'est un peuple tout entier qui l'annonce et qui subsiste depuis quatre mille années pour rendre en corps témoignage des assurances  qu'ils en ont et dont ils ne peuvent être divertis par quelques menaces et persécutions qu'on leur fasse. Ceci est tout autrement considérable."

                                                                                               Pascal

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • CHAPELLE AUX SOLDATS  

    Hommage a été rendu en cette commémoration du centenaire de la fin de la guerre 14-18, aux centaines de soldats morts pour la France, dont le nom a été gravé dans cette chapelle du souvenir, oeuvre de l'Abbé Pihan chapelain   du sanctuaire du Sacré-Cœur de Saint Germain.

       ****   

    Les Amis du Sacré-Cœur remercient le Souvenir Français, les délégations d'anciens combattants, et porte-drapeaux, sapeurs pompiers, et les élus de Condé en Normandie, d'avoir organisé, participé, à cette commémoration.

    hommage aux soldats de la chapelle ****

    CHAPELLE AUX SOLDATS

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique