• Apôtre des Cœurs mêlés de Jésus et Marie, nous aimons offrir dans notre blog les prières et les écrits de Saint Jean Eudes. Voici ses salutations à Saint Joseph en ce premier mai de la fête du patron des travailleurs, père nourricier de Jésus.

     " Je vous salue Joseph, image de Dieu le Père                                                                                                                          Je vous salue Joseph, père de Dieu le Fils                                                                                                                             Je vous salue, sanctuaire du Saint-Esprit                                                                                                                               Je vous salue Joseph, bien-aimé de la très Sainte Trinité                                                                                                     Je vous salue Joseph, très digne époux de la Vierge Mère                                                                                                   Je vous salue Joseph, père de tous les fidèles                                                                                                                       Je vous salue  Joseph, fidèle observateur du silence sacré                                                                                                   Je vous salue Joseph, amant de la sainte pauvreté                                                                                                               Je vous salue Joseph, modèle de douceur et de patience                                                                                                     Je vous salue Joseph, miroir d'humilité et d'obéissance

                                                                       Vous êtes béni entre tous les hommes                                                                                                                                  Et bénis soient vos yeux qui ont vu ce que vous avez vu                                                                                                       Et bénies soient vos oreilles qui ont entendu ce que vous avez entendu                                                                             Et bénies soient vos mains qui ont touché le Verbe fait chair                                                                                                Et bénis soient vos bras qui ont porté celui qui porte toutes choses                                                                                    Et béni soit votre cœur embrasé pour lui du plus ardent amour                                                                                     

                                              Et béni soit le Père éternel qui vous a choisi                                                                                                                          Et béni soit le Fils qui vous a aimé                                                                                                                                          Et béni soit le Saint-Esprit qui vous a sanctifié                                                                                                                      Et bénie soit Marie, votre épouse, qui vous a chéri comme un époux et comme un frère                                                   Et bénis soient à jamais tous ceux qui vous aiment et qui vous bénissent.

                                                                                                                 Amen         

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  •    "Jésus Christ a été tendre pour tous les hommes: c'est lui qui a dit d'eux cette parole "Tout ce que vous ferez au plus petit d'entre mes frères, c'est à moi-même que vous l'aurez fait." parole qui a mit au monde la fraternité chrétienne, et qui chaque jour encore enfante l'amour. Il a été tendre pour les pécheurs; il s'asseyait à leur table, et lorsque l'orgueil doctrinal lui en faisait le reproche, il répondait "Je ne suis pas venu pour ceux qui se portent bien, mais pour ceux qui sont souffrants". S'il aperçoit un publicain monté sur un arbre pour le voir, il lui dit "Zachée, hâte-toi de descendre, il faut qu'aujourd'hui je loge dans ta maison". Si une femme pécheresse s'approche et se hasarde jusqu'à verser des parfums sur sa tête, au grand scandale d'une nombreuse assemblée, il la rassure "Beaucoup de péchés, lui sont remis, parce qu'elle a beaucoup aimé". Si on lui présente une femme adultère, pour obtenir de lui une sentence qui le compromette par sa douceur même, il répond: "que celui d'entre vous qui est sans péché lui jette la première pierre". Il a été tendre pour ses amis, jusqu'à laver leurs pieds et permettre à un tout jeune homme de se reposer sur sa poitrine dans un des moments les plus solennels de sa vie. Même dans le supplice, il été tendre pour ses bourreaux, et, levant son âme pour eux vers le Père, il disait "Seigneur, pardonnez-leur, car ils ne savent pas ce qu'ils font".                                                                                      

                                                                                              Lacordaire

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • le père Pierre-Joseph Triest fut un prêtre belge du début du XIXe siècle. Il fonda quatre congrégations religieuses de frères et sœurs s'occupant comme lui même des pauvres, malades, personnes âgées et malades mentaux. Un de ses sermons (1802) est particulièrement à méditer dans cette période de troubles où se trouve l'Eglise.

     "Comme pasteur je dois vous donner le bon exemple en tout; je dois enseigner; je dois me mettre entièrement à votre service, oui, je dois me donner entièrement moi-même et me stimuler à la vertu, vous apprendre à connaître vos devoirs, me mettre à votre service pour vous aider dans toutes vos nécessités. Je dois, à l'exemple de Jésus-Christ, le Bon Pasteur, pratiquer moi-même la vertu avant de la prêcher. Il est désastreux pour moi de ne pouvoir stimuler à la vertu, mais il serait encore plus désastreux, si je scandalisais quelqu'un par une vie déréglée."  

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Pendant 4 millénaires qui séparent le Christ le Christ de la Création, la prophétie se répéta, ininterrompue.

        "Quand un seul homme aurait fait un livre des prédications de Jésus-Christ pour le temps et la manière et que Jésus-Christ serait venu conformément à ses prophéties, ce serait une force infinie. Mais il y a bien plus ici (en parlant de la Bible). C'est une suite d'hommes durant quatre mille ans qui constamment et sans variations viennent l'un ensuite de l'autre prédire ce même avènement. C'est un peuple tout entier qui l'annonce et qui subsiste depuis quatre mille années pour rendre en corps témoignage des assurances  qu'ils en ont et dont ils ne peuvent être divertis par quelques menaces et persécutions qu'on leur fasse. Ceci est tout autrement considérable."

                                                                                               Pascal

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Purifie moi !

     

                             "Ô Mère, mets en moi cet amour qui brûlait en ton cœur  pour ton fils.

                           Moi qui suis faible, j'admire le mystère de ton Immaculée Conception.

                   Je le désire ardemment : purifie mon cœur pour qu'il puisse mieux aimer Dieu ;

                                  purifie mon esprit pour qu'il puisse s'élever jusqu'à Lui

                                et le contempler, l'adorer et le servir en esprit et en vérité;

                  purifie mon corps pour qu'il devienne un tabernacle moins indigne de le recevoir,

                                       lorsqu'il vient à moi dans l'Eucharistie."

     

        C'est par cette belle prière de Saint Padre Pio que nous achevons cette semaine de prières à Marie. Comme elle nous aide à bien recevoir cette Eucharistie, par delà cet enfant qui va naître dans la crèche, nous mettant en condition, comme pour les bergers et les rois mages, d'adoration. 

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique