• Pèlerinage avec la participation des élèves de l'école du Sacré-Cœur, messe solennelle, suivie de retrouvailles autour d'un buffet, d'une conférence de l'invité d'honneur suivie des vêpres, en regardant les images des précédentes fêtes annuelles on pourrait penser à un copier coller. Eh! Bien non ! Chaque fête offre sa particularité faite de petites choses ou de plus grandes comme ce ciel ensoleillé offert dans le chahut climatique des jours précédents et qui ont suivi... Rendons grâce !

    Rendons grâce aussi pour cette invitation faite comme on lance une bouteille à la mer à Émeric Colas des Francs, ancien vicaire de notre paroisse, curé de Falaise, et puis de la paroisse de Lisieux devenu modérateur de la société Jean Marie Vianney, et qui malgré sa lourde charge a répondu oui, et pris l'avion pour être parmi nous ce 8 juin. Émeric  est un habité convainquant. Preuve était offerte par ces visages d'enfant suspendus à ses paroles dans son homélie de la messe qu'il présidait.

     L'école du Sacré-Cœur affichait complet et elle était chantante, ses responsables avaient bien entraînés cette jeune chorale, avec le père Florent Acotchou.

    L'après-midi, le père Émeric nous invitait à mieux connaître le curé d'Ars dont est célébré le 200ème anniversaire de son arrivée dans cette paroisse (non loin de Paray le Monial). Le curé d'Ars, rappelez-vous, Benoît XVI l'offrait, en référence, à l'année sacerdotale. Sur cette photo, sa statuette était sur la table de conférence. Les Amis du Sacré-Cœur avaient accolé à la façade de l'église le symbole de son arrivée à Ars.

    Fête du Sacre-Coeur 2

     

    ps une vingtaine de fidèles falaisiens, heureux de retrouver le père Emeric, ont participé à cette fête du Sacré-Cœur. 

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Fête du Sacré-CoeurFête du Sacré-Coeur

    Fête du Sacré-CoeurFête du Sacré-CoeurFête du Sacré-CoeurFête du Sacré-Coeur

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Par l'Encyclique Annum sacrum, le pape Léon XIII a confirmé ce qui avait été accompli par ses prédécesseurs afin de protéger religieusement et de mettre davantage en lumière le culte et la spiritualité du Sacré-Cœur. En demandant que soient consacrés non seulement les croyants mais aussi tous les hommes, il donnait une nouvelle orientation et un nouveau sens à la consécration qui avait déjà été mise en pratique depuis deux siècles.

    C'est pourquoi la consécration du genre humain au Cœur de Jésus fut présentée par Léon XIII comme « la plénitude et le couronnement de tous les honneurs que l'on a coutume de rendre au Sacré-Cœur ».

    La consécration du genre humain de 1899 constitue un pas d'une importance toute spéciale sur la route de l'Église et il est toujours bon de la renouveler chaque année en la fête du Sacré-Cœur.

    Invoquons l'aide de la Vierge Sainte, Mère du Christ et Mère de l'Église. Qu'elle aide en particulier chaque chrétien à vivre avec générosité et cohérence la consécration au Christ qui a son fondement dans le sacrement du Baptême et qui trouve une heureuse confirmation dans la consécration personnelle au Sacré-Cœur de Jésus.


    Saint Jean-Paul II, Pape

    Varsovie, le 11 juin 1999, solennité du Sacré-Cœur de Jésus.

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    1 commentaire
  •   Elle suit celle du Cœur de son fils, fêtée en le 8 juin (photos en attente), la solennité du Cœur Immaculé de Marie. Les Amis du Sacré-Cœur eurent d'autant plus la volonté de la célébrer, que leur sanctuaire depuis deux ans en possède le symbole.

    Une dizaine de fidèles se retrouvèrent donc au sanctuaire de Saint Germain, le samedi suivant la fête du Sacré-Cœur, à 15 h pour effectuer un chapelet en l'honneur du Cœur Immaculé de Marie. 

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  "Je vous aime" dit Jésus. Pesons bien ces paroles. Si un prince ou un roi de la terre prenait la peine de se transporter en la maison du dernier de ses sujets pour lui dire: "Je viens ici exprès pour vous assurer que je vous aime, et que je vous ferai sentir les effets de mon affection", quelle joie pour ce pauvre homme ! Voici infiniment davantage, voici le Roi des rois, le Saint des saints, le Fils unique de Dieu, le Fils unique de Marie, qui est descendu du ciel exprès, et qui est venu ici-bas pour nous dire: "Je vous aime. Moi qui suit le Créateur de toutes choses, moi qui gouverne tout l'univers, moi qui possède les trésors du ciel et de la terre, moi qui fais tout ce que je veux, et à la volonté duquel personne ne peut résister, je vous aime."

     Mais de quelle manière cet adorable Sauveur nous aime-t-il ? Ecoutez: "Je vous aime comme mon Père m'aime (Jn 15,9); Je vous aime du même cœur et du même amour dont je suis aimé du Père.

     Ô cœur humain? un amour si ardent ne te touchera-t-il point? Ne veux-tu point aimer celui qui est tout cœur et tout amour pour toi ? Car après avoir dit ces paroles : "Je vous aime comme mon Père m'a aimé, il ajoute: Demeurez en mon amour. Si vous gardez mes commandements, vous demeurerez en mon amour, comme j'ai gardé les commandements de mon Père et suis demeuré en son amour." (Jn15, 9-10).

     

                                                                           Saint Jean Eudes

    En plusieurs endroits de notre blog

    nous évoquons Saint Jean Eudes, il est d'ailleurs présent sous la forme d'un portrait, dans le sanctuaire de Saint Germain aux côtés de Sainte Marguerite Alacoque et Saint Claude la Colombière.

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires