• Accueil

       

      Site à visiter : 

           Blog de Benoit Foret  :http://benoito1.eklablog.com/

     Notre paroisse:

    https://bayeuxlisieux.catholique.fr/paroisses/bienheureux-francois-jamet-des-vallees/

      

       Lien avec catholique.org,              
     Accueil

                     

      cliquez sur le sigle                                Bienvenue 

                        sur le site du Sanctuaire du Sacré-Coeur                                     de Saint Germain du Crioult

  • jeudi 2 juillet
    Pierre dit: Dieu ne fait pas de différence entre les personnes, mais en toute nation celui qui l’adore et pratique la justice lui est agréable.
    Ac 10,1-35
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Bienheureuse Eugénie Joubert

    religieuse (✝ 1904)

    Religieuse de la Sainte-Famille du Sacré Cœur.
    Eugénie Joubert - diocèse du Puy Eugénie Joubert est née et a été baptisée à Yssingeaux, non loin de Notre Dame du Puy, le 11 février 1876. Elle entra dans la vie religieuse à 19 ans. Elle prononça ses vœux le 8 décembre 1897. L'Obéissance lui confie les enfants; ses préférés sont les plus pauvres. Elle meurt à Liège (Belgique) à l'âge de 28 ans, en réputation de sainteté, le 2 juillet 1904.
    Le Pape Jean-Paul II la proclama 'Bienheureuse' le 20 novembre 1994.
    Illustration, site internet du diocèse du Puy
    À Liège en Belgique, l'an 1904, la bienheureuse Eugénie Joubert, vierge de la Congrégation de la Sainte-Famille du Sacré-Cœur. Envoyée comme catéchiste à Aubervilliers, elle se dépensa sans compter, avec entrain et gaieté, pour les enfants les plus pauvres. Atteinte de tuberculose, elle suivit avec amour le Christ souffrant.

    Martyrologe romain

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 9,1-8.

     

    En ce temps-là, Jésus monta en barque, refit la traversée, et alla dans sa ville de Capharnaüm.
    Et voici qu’on lui présenta un paralysé, couché sur une civière. Voyant leur foi, Jésus dit au paralysé : « Confiance, mon enfant, tes péchés sont pardonnés. »
    Et voici que certains parmi les scribes se disaient : « Celui-là blasphème. »
    Mais Jésus, connaissant leurs pensées, demanda : « Pourquoi avez-vous des pensées mauvaises ?
    En effet, qu’est-ce qui est le plus facile ? Dire : “Tes péchés sont pardonnés”, ou bien dire : “Lève-toi et marche” ?
    Eh bien ! pour que vous sachiez que le Fils de l’homme a le pouvoir, sur la terre, de pardonner les péchés… – Jésus s’adressa alors au paralysé – lève-toi, prends ta civière, et rentre dans ta maison. »
    Il se leva et rentra dans sa maison.
    Voyant cela, les foules furent saisies de crainte, et rendirent gloire à Dieu qui a donné un tel pouvoir aux hommes.
     

    Saint Jean Chrysostome (v. 345-407)

    prêtre à Antioche puis évêque de Constantinople, docteur de l'Église

    Homélies sur l'évangile de Matthieu, n°29, 2 ; PG 57, 359 (trad. Delhougne, Les Pères commentent, p. 246 rev.)

    « Confiance, mon fils, tes péchés sont pardonnés »

    Les scribes professaient que Dieu seul peut remettre les péchés. Mais Jésus, avant même de remettre les péchés, a révélé les secrets des cœurs, montrant par là qu'il possédait aussi cet autre pouvoir réservé à Dieu. (...) Car il est écrit : « Toi seul, Seigneur, tu connais les secrets des humains », et « L'homme voit le visage et Dieu voit le cœur (2Ch 6,30; 1S 16,7). Jésus révèle donc sa divinité et son égalité avec le Père en dévoilant aux scribes le fond de leur cœur, en divulguant des pensées qu'ils n'osent pas déclarer ouvertement par crainte de la foule. Et il fait cela avec beaucoup de douceur. (...) Le paralytique aurait pu manifester sa déception au Christ en lui disant : « Soit ! Tu es venu pour soigner une autre maladie et guérir un autre mal, le péché. Mais quelle preuve aurai-je que mes péchés sont pardonnés ? » Or, il ne dit rien de tel, mais il se confie à celui qui a le pouvoir de le guérir. (...) Aux scribes, le Christ dit : « Qu'est-ce qui est le plus facile ? De dire : Tes péchés sont pardonnés, ou bien de dire : Prends ta civière et rentre chez toi ? » Autrement dit : Qu'est-ce qui vous semble le plus facile? Raffermir un corps paralysé, ou remettre les péchés de l'âme ? C'est évidemment de guérir un corps, car le pardon des péchés dépasse cette guérison autant que l'âme est supérieure au corps. Mais puisque l'une de ces œuvres est visible, et l'autre pas, je vais accomplir également l'œuvre qui est visible et moindre, pour prouver celle qui est plus grande et invisible. À ce moment-là, Jésus témoigne par ses œuvres qu'il est « celui qui enlève les péchés du monde » (Jn 1,29).

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • 19 juin 2020: sans les reliques de sainte Marguerite-Marie Alacoque

    Ce 19 juin, jour de la solennité du Sacré-Cœur, le sanctuaire de Saint Germain qui s'apprêtait à accueillir les reliques de la sainte de Paray le Monial, a vu son vœu exprimé depuis une dizaine d'années, annulé en raison de la pandémie. Le centenaire de la canonisation de Sainte Marguerite Marie était d'autant plus cher aux Amis du Sacré-Cœur, qu'ils célébraient de leur côté, le 15 ème anniversaire de la renaissance de leur sanctuaire.          Annulé également le pèlerinage auquel participaient les élèves de l'école du Sacré-Cœur de Condé. La consolation vint de la belle participation inattendue, en raison des conditions sanitaires et de la crainte du Covid 19, à la messe solennelle, et de l'homélie du Père Michel Roger, responsable de la paroisse Bienheureux François Jamet, que nous reproduirons dès que possible. Cette messe était concélébrée avec le père Florent Acotchou qui depuis plus de deux ans, vient célébrer celle du premier vendredi du mois. Il était revêtu pour l'occasion de la chasuble de l'abbé du Rosel, natif de Saint Germain, décédé au cours de la grande guerre. Cette chasuble avait été restaurée par les Amis du Sacré-Cœur

     

     

     

    HOMÉLIE POUR LA FÊTE DU SACRE-CŒUR A SAINT GERMAIN DU CRIOULT LE 19 JUIN 2020.

        En ce jour de la fête du Sacré-Cœur, nous devions avoir les reliques de Sainte Marguerite-Marie, ici-même, dans cette église, et voilà que la pandémie du coronavirus a tout bouleversé. Mais je voudrai reprendre les mots de Sainte Marguerite-Marie, pour introduire notre méditation. Bien-sûr, nous sommes à la fin du 17éme siècle, et le vocabulaire a quelque peu changé, mais cette fête du Sacré-Cœur reste pour nous une fête lumineuse, car ce cœur de Jésus est un vrai brasier, ce cœur est un soleil pour reprendre les images de Sainte Marguerite-Marie, et ce que nous voyons derrière moi, dans le chœur de cette église. Mais écoutons ce qu’elle dit :
        « Ce Sacré-Cœur m’était représenté comme un soleil brillant d’une éclatante lumière, dont les rayons tout ardents, donnaient à plomb sur mon cœur. Une fois que le Saint Sacrement était exposé, après m’être sentie retirée tout au-dedans de moi-même, par un recueillement extraordinaire, Jésus-Christ mon doux maître, se présenta à moi, tout éclatant de gloire, avec ses cinq plaies brillantes comme cinq soleils, et de cette humanité sainte, sortaient des flammes de toute part, mais surtout, de son adorable poitrine qui ressemblait à une fournaise, et s’étant ouverte, me découvrit son tout aimant et tout aimable cœur, qui était la vive source de ces flammes. »
        Oui, frères et sœurs, un soleil, une fournaise, des flammes, un brasier, des images qui nous montrent toute la chaleur de ce cœur aimant de Jésus. « Cœur sacré de Jésus », allons-nous chanter tout à l’heure, « Je crois en son amour pour moi, cœur de Jésus, fournaise ardente de charité. » Cela est très beau. Mais cela ne devrait-il pas nous interroger ? Car, qu’est-ce que la fête du Sacré-Cœur, sinon une fête de l’intimité avec le Christ ? Une fête de l’intensité de son amour pour chacun et chacune d’entre nous, une fête de la profondeur de notre foi en Celui qui a donné sa vie, pour nous délivrer de tout mal et nous sauver de la mort, comme nous l’a rappelé le Père Florent au début de cette eucharistie. Or, tout cela n’est-il pas d’abord l’objet d’un secret, d’un cœur à cœur avec Dieu, dans notre prière personnelle, et non l’objet d’une fête, d’un cœur éclatant dans la liturgie, où le risque est de dire : « J’ai rejoint le Sacré-Cœur, je l’ai connu, j’en ai fait l’expérience, et je veux le fêter dans tous ses éclats. »
        Non, frères et sœurs, ce cœur de Jésus, il est, il sera, et il doit rester un secret, une forme d’enfouissement, comme le dit si bien Marguerite-Marie : « Il me fit reposer fort longtemps sur sa divine poitrine, où il me découvrit les merveilles de son amour, et les secrets inexplicables de son cœur, qu’il m’avait toujours tenus cachés jusqu’alors. »
        Oui, frères et sœurs, il faut se pencher sur la poitrine du Christ, comme Saint Jean, Comme Sainte Marguerite-Marie l’ont fait ; il faut y demeurer longtemps, entrer dans une intériorité, pour que notre propre cœur se purifie, et entamer alors une véritable conversion. Nous pouvons par exemple, fuir les bavardages et les paroles inutiles, entrer davantage dans la prière, dans ce cœur à cœur personnel avec Dieu. La vraie conversion, c’est monter comme Moïse, comme Elie, sur la montagne, et y rencontrer le Dieu vivant. C’est de découvrir le visage du Christ dans la prière, mais aussi dans nos frères et sœurs. La vraie conversion naît de ce face à face avec Celui qui se révèle aux tout-petits, Celui qui se révèle à tous ceux qui lui font confiance, à Celui qui leur dit : « Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi, je vous procurerai le repos. »
        L’enjeu de tout cela, ce n’est rien d’autre que d’avoir du cœur, nous aussi, pour aimer notre prochain, tous ceux, toutes celles que le Seigneur met sur notre route. Nous avons entendu Saint Jean, dans la deuxième lecture de ce jour : « Bien-aimés, puisque Dieu nous a tellement aimé, nous devons nous aussi, nous aimer les uns les autres. » Pour cela, il faut commencer par laisser le cœur de Dieu nous parler en profondeur. Car combien de gens aujourd’hui, et peut-être moi le premier, avons cette tentation d’être superficiel, de ne pas s’arrêter pour se reposer sur la poitrine du Christ, de zapper continuellement, de continuer notre course à la surface des choses, en oubliant cette rencontre en profondeur avec le Seigneur.
        Nous n’aurons du cœur, que si nous acceptons cette profondeur, car si nous descendons en nous-même, si nous nous laissons purifier, alors nous participerons à ce feu qui jaillit du cœur de Dieu et nous pourrons le répandre. Saint Jean-Paul II disait : « Si vous revenez à votre cœur, si vous êtes ce que vous devez être, vous mettrez le feu au monde. »

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • « La victoire, quand elle viendra, viendra par Marie » 

    En 1983, le pape Jean-Paul II retourne en Pologne quatre années après son premier voyage, alors que le pays est en état de siège et que les chefs du syndicat Solidarnösc qui conteste le régime communiste sont en prison dans des circonstances particulièrement dramatiques. Et il retourne implorer la Vierge à Jasna Gora le 19 juin 1983 :

    « Mère ! Parle à ton Fils ! Parle à ton Fils de notre aujourd’hui difficile ! » « En cette heure difficile de l'histoire je te confie, ô Mère, tous les Polonais parce que de chacun d'eux dépend la persévérance sur la voie du renouveau, de la justice, de la paix. Mère de nos cœurs ! Fais que de ces paroles jaillisse partout la force du pardon, car sans le pardon nous ne pourrons échapper aux chaînes de la haine. La haine est une force destructrice, et nous ne pouvons ni détruire ni nous laisser détruire par elle. Le pardon est fort de la puissance de l'amour. Le pardon n'est pas faiblesse. Pardonner ne signifie pas renoncer à la vérité et à la justice mais veut dire tendre à la vérité et à la justice par la voie de l'Évangile. »

    Et le Saint Père finit enfin par une prophétie pleine d’espérance : « Le cardinal August Hlond qui avait pour toi une telle vénération a prononcé sur son lit de mort ces paroles : La victoire, quand elle viendra, viendra par Marie. »

    Découvrir plus sur mariedenazareth.com :

    Pape saint Jean-Paul II

    Homélie à Jasna Gora le 19 juin 1983

    Prions : Je vous salue, Marie pleine de grâce ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amen.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

         

     

    Le Cœur Immaculée de Marie

    Le  "Cœur immaculé de Marie" est célébré le samedi de la troisième semaine après la Pentecôte, le lendemain de la solennité du Sacré Cœur de Jésus.

     

    Le "Cœur immaculé de Marie" est une expression qui concerne toute la personne de Marie.

     

    Les lectures liturgiques sont :
    Is 61, 9-11 : Leur race sera célèbre parmi les nations, et leur descendance au milieu des peuples; tous ceux qui les verront les reconnaîtront comme une race que Yahvé a bénie.

     

    Je suis plein d'allégresse en Yahvé, mon âme exulte en mon Dieu, car il m'a revêtu de vêtements de salut, il m'a drapé dans un manteau de justice, comme l'époux qui se coiffe d'un diadème, comme la fiancée qui se pare de ses bijoux.Car de même que la terre fait éclore ses germes et qu'un jardin fait germer sa semence, ainsi le Seigneur Yahvé fait germer la justice et la louange devant toutes les nations.

     

    Luc 2, 41-51 :Ses parents se rendaient chaque année à Jérusalem pour la fête de la Pâque. Et lorsqu'il eut douze ans, ils y montèrent, comme c'était la coutume pour la fête.

     

    Une fois les jours écoulés, alors qu'ils s'en retournaient, l'enfant Jésus resta à Jérusalem à l'insu de ses parents.Le croyant dans la caravane, ils firent une journée de chemin, puis ils se mirent à le rechercher parmi leurs parents et connaissances. Ne l'ayant pas trouvé, ils revinrent, toujours à sa recherche, à Jérusalem. Et il advint, au bout de trois jours, qu'ils le trouvèrent dans le Temple, assis au milieu des docteurs, les écoutant et les interrogeant ;

     

    et tous ceux qui l'entendaient étaient stupéfaits de son intelligence et de ses réponses. À sa vue, ils furent saisis d'émotion, et sa mère lui dit : " Mon enfant, pourquoi nous as-tu fait cela ? Vois ! Ton père et moi, nous te cherchons, angoissés. " Et il leur dit : " Pourquoi donc me cherchiez-vous ? Ne saviez-vous pas que je dois être dans la maison de mon Père ? " Mais eux ne comprirent pas la parole qu'il venait de leur dire. Il redescendit alors avec eux et revint à Nazareth ; et il leur était soumis. Et sa mère gardait fidèlement toutes ces choses en son cœur.

     

    L’Évangile Luc 2, 41-51 : « le recouvrement de Jésus au temple », révèle le cœur de Marie parce qu'il montre comment Marie a cherché et suivi Jésus : la pureté du cœur, c'est de suivre Jésus !
    Marie n'a pas compris immédiatement, mais a médité ce qu'elle n'a pas compris, avec un cœur ouvert, attendant de mieux comprendre : son cœur est humble, docile, ouvert à une révélation toujours plus profonde, ouvert à une lumière toujours plus forte. 

     

    Un peu d'histoire :
    La dévotion au Cœur immaculé de Marie est fondée sur la théologie mariale de saint Bernard, les révélations privées à sainte Gertrude et à sainte Mechtilde, les visions de sainte Marguerite-Marie Alacoque au XVII° siècle, et elle fut largement répandue par saint Jean Eudes.

     

    Au XIX° siècle, l'ordre des Augustins puis le diocèse de Rome en célèbrent la fête. Et finalement, la fête entre dans le calendrier liturgique universel.

     

    Après les apparitions de Fatima (1917), la dévotion au cœur immaculé de Marie augmente partout dans le monde. Le pape Pie XII institue une autre fête en 1954, celle de Marie Reine, (initialement prévue le 31 mai puis déplacée par Paul VI au 22 août), en ordonnant que "ce jour-là, on renouvelle la consécration du genre humain au Cœur Immaculé de la Bienheureuse Vierge Marie." (Pie XII, Ad Cœli Reginam § 34).

     

    On peut donc dire qu'il y a une croissance dans la liturgie, de l'attention portée au Cœur Immaculé de Marie.
    Cependant, dans sa réforme liturgique de 1969, Paul VI fait descendre la fête du Cœur Immaculé de Marie au rang de simple mémoire.

     

    Mais depuis 1986, dans la Messe votive en l'honneur de la Vierge Marie (n°28) « Le cœur immaculé de Marie », la préface eucharistique s'adresse à Dieu le Père en lui rendant gloire car : Tu as donné à la Vierge Marie un cœur sage et docile pour qu'elle accomplisse parfaitement ta volonté ; un cœur nouveau et doux, où tu pourrais graver la loi de l'Alliance nouvelle ; un cœur simple et pur, pour qu'elle puisse concevoir ton Fils en sa virginité et te voir à jamais ; un cœur ferme et vigilant pour supporter sans faiblir l'épée de douleur et attendre avec foi la résurrection de ton Fils.

     

    Rose mystique, ô Marie, votre très aimable Cœur, brûlant des flammes de la plus vive charité, voulut bien nous adopter pour enfants au pied de la croix, et devenir ainsi notre mère la plus tendre. Ah ! faites-moi éprouver la douceur de votre Cœur maternel et la grandeur de votre pouvoir auprès de Jésus, dans tous les dangers de la vie, et particulièrement au moment terrible de la mort, et de cette manière, mon cœur, toujours uni au vôtre, aimera Jésus à présent et dans les siècles des siècles. Ainsi soit-il.

    Litanie du Cœur Immaculé de Marie

    Seigneur, ayez pitié de nous!

    Jésus-Christ, ayez pitié de nous!

    Seigneur, ayez pitié de nous!

    Jésus-Christ, écoutez-nous. Jésus-Christ, exaucez-nous.

     Père céleste, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.

    Fils, Rédempteur du monde, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.

    Esprit-Saint, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.

    Sainte Trinité, qui êtes un seul Dieu, ayez pitié de nous.

    Cœur Immaculé de Marie, objet des complaisances de Dieu, priez pour nous.

    Cœur Immaculé de Marie, uni au Cœur de Jésus, priez pour nous.

    Cœur Immaculé de Marie, par qui œuvre le Saint-Esprit, priez pour nous.

    Cœur Immaculé de Marie, sanctuaire de l’adorable Trinité, priez pour nous.

    Cœur Immaculé de Marie, tabernacle du Verbe incarné, priez pour nous.

    Cœur Immaculé de Marie, préservé de la tache du péché originel, priez pour nous.

    Cœur Immaculé de Marie, débordant de l’abondance des grâces, priez pour nous.

    Cœur Immaculé de Marie, béni entre tous les cœurs, priez pour nous.Cœur Immaculé de Marie, très pur et très chaste, priez pour nous.

    Cœur Immaculé de Marie, très doux et très humble, priez pour nous.

    Cœur Immaculé de Marie, vainqueur des hérésies, priez pour nous.

    Cœur Immaculé de Marie, séjour de toutes les vertus, priez pour nous.

    Cœur Immaculé de Marie, chemin assuré du Ciel, priez pour nous.

    Cœur Immaculé de Marie, médiateur de toutes les grâces, priez pour nous.

    Cœur Immaculé de Marie, holocauste du divin amour, priez pour nous.

    Cœur Immaculé de Marie, crucifié avec Jésus, priez pour nous.Cœur Immaculé de Marie, couronné d’épines à cause de nos péchés, priez pour nous

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

     

    Nouvelles de la supplique pour la consécration de la

    France aux 2 Cœurs de Jésus et de Marie

     

     

     

     

     

     

     

    Chers amis,

    Alors que nous célébrerons aujourd'hui et demain les Saints Cœurs de Jésus et de Marie et que 60 000 personnes aujourd'hui ont signé notre supplique, nous souhaitons porter à votre attention deux événements importants :

    1. La démarche spirituelle entreprise par les évêques du Conseil permanent de la Conférence des évêques de France, depuis la Basilique du Sacré-Cœur de Montmartre, le 8 juin dernier. Ils ont confié au Christ notre pays, ses blessures et son avenir au cœur d’une veillée de prière vécue sur place par une dizaine d‘évêques en union avec d’autres par Internet, avec une retransmission spéciale en direct sur KTO : https://youtu.be/1pN91vmOrKc (à voir de 8’30 à 10’55).

    Ce geste significatif est un premier pas très intéressant qui peut déboucher, si Dieu le veut, sur de bien belles choses, et pourquoi pas dès le 15 août prochain ? C'est, en effet, chaque année à cette date que l'Église renouvelle dans la capitale le vœu de Louis XIII consacrant la France à Marie, et cette année 2020, ce renouvellement pourrait se faire à l'occasion du passage de Notre-Dame de France à Paris (du 12 au 17 août) dans le cadre du pèlerinage du M de Marie. Dès ce week-end, une des deux statues pèlerines de Notre-Dame de France sera à Fourvière, au cœur du passage prévu à Lyon, du 18 au 21 juin, après leurs bénédictions et leurs départs de Lourdes et de La Salette, le 1er juin dernier, 40 ans jour pour jour après l'appel du Pape Jean-Paul II : "France, Fille aînée de l’Église, es-tu fidèle aux promesses de ton Baptême ?".

    2. La sortie d’un film inédit, intitulé CŒUR BRÛLANT. Il permet de mieux saisir l’importance de la dévotion au Sacré Cœur de Jésus, à travers une enquête passionnante qui vous conduira de Paray-le-Monial au XVIIe siècle pendant les apparitions du Jésus à sainte Marguerite-Marie, jusqu’à la Basilique du Sacré Cœur à Montmartre, en passant par l’Espagne avec le bienheureux Bernardo de Hoyos, l’Amérique Latine où plusieurs pays, encore récemment, ont choisi de se consacrer au divin Cœur de Jésus, mais aussi en Italie auprès d’experts qui ont étudié différents miracles eucharistiques en lien avec le Cœur du Christ.

    Ce documentaire va être diffusé à 5 reprises pour les fêtes du Sacré-Cœur en E-Cinema, entre vendredi prochain 19 juin et mardi 23 juin. Chaque séance sera suivie d’un échange en direct avec différents experts : l’actuel recteur des Sanctuaires de Paray-le-Monial, le père Benoît Guédas, le recteur de la basilique de Sacré Cœur de Montmartre, Mgr Laverton, et un ancien recteur de Paray-le-Monial, le père Edouard Marot, avec Alicia Beauvisage, promoteurs du Sacré Cœur de Jésus dans les pays d’Amérique latine.

    Pour réserver son billet pour une des séances, c’est ici : https://ecinema.lefilmchretien.fr/billetterie/seance-coeur-brulant/

    En attendant, voici la bande annonce en français

    N’hésitez pas à faire connaître ces séances autour de vous et à y participer.

    Très amicalement en Jésus, Marie et Joseph,

    Alliance des Cœurs unis, Hozana, Association pour la Miséricorde Divine, Le Salon Beige, Cap Fatima, Anuncio, Consécration à Jésus par Marie, Étoile Notre-Dame, Schöenstatt, Alliance mariale, Domus Christiani, Institut Ethique et Politique Montalembert, Bannières 2000, Marie qui défait les nœuds, Éclaireurs de Paix, La Bonne Nouvelle, Tout à Jésus par Marie, Jeunesse Lumière, Daniel-Ange, Marie de Nazareth

    https://consecrationdelafrance.fr

    Découvrir plus sur mariedenazareth.com :

    Les associations qui soutiennent la consécration

    Prions : Je vous salue, Marie pleine de grâce ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amen.

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Le plus célèbre image du Sacré-Cœur de Jésus, par Pompeo Batoni.

    Fête du Sacré-Cœur est fêté le 19 Juin 2020. La Fête du Sacré-Cœur est une solennité de l'Église catholique romaine. Elle est célébrée le 3e vendredi après la solennité de la Pentecôte. Elle est aussi appelée Fête du Cœur de Jésus .
    Sacré Cœur de Jésus
    Ô Cœur Sacré de Jésus,
    humblement prosterné devant vous,
    nous venons renouveler notre consécration,
    avec la résolution de réparer,
    dans un plus grand amour et une plus grande fidélité envers vous,
    tous les outrages que le monde vous fait subir.
    Nous prenons l’engagement :
    Plus vos mystères sont blasphémés,
    plus fermement nous croirons en vous,
    ô Cœur Sacré de Jésus !
    Plus l’impiété s’efforce d’étouffer notre espérance d’éternité,
    plus nous mettrons notre confiance dans votre Cœur,
    unique espoir des mortels !
    Plus nombreux sont les cœurs qui résistent à votre amour divin,
    plus nous vous aimerons,
    ô Cœur de Jésus infiniment aimable !
    Plus votre divinité est attaquée,
    plus nous l’adorerons,
    ô Cœur Divin de Jésus !
    Plus vos lois divines sont oubliées et transgressées,
    plus nous les observerons,
    ô Cœur très Saint de Jésus !
    Plus vos sacrements sont méprisés et abandonnés,
    plus nous les fréquenterons avec amour et respect,
    ô Cœur miséricordieux de Jésus !
    Plus vos adorables vertus sont oubliées,
    plus nous nous efforcerons de les mettre en pratique,
    ô Cœur modèle de toute vertu !
    Plus l’orgueil et la sensualité tendent à détruire l’esprit d’abnégation et l’amour du devoir,
    plus nous nous efforcerons de nous dominer,
    ô Cœur de Jésus !
    Plus la loi sainte du mariage est négligée et violée,
    plus nous la suivrons avec amour et fidélité,
    ô Cœur Sacré de Jésus !
    Plus le démon s’acharne à détruire la vie de prière et la pureté des âmes consacrées,
    plus nous essaierons de garder pure la pureté, chaste la chasteté, vierge la virginité,
    ô Cœur Sacré de Jésus !
    Plus les mères détruisent la présence et l’image de Dieu par l’avortement,
    plus nous sauverons de ces enfants encore à naître en les faisant adopter,
    ô Cœur Sacré de Jésus !
    Ô Cœur Sacré,
    donnez-nous une grâce qui soit si forte et si puissante,
    qu’elle nous permette de devenir vos apôtres au cœur du monde,
    et votre couronne dans l’éternité.
    Amen ! Mère Teresa
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique